Bienvenue en seconde!

Je me suis levée, ce lundi 4 septembre, avec une légère trouille au ventre. Je me suis lavée, j'ai essayé de bouffer un truc. Les enfants sont partis pour le CP, ils étaient mignons. Mais mon grand frère il était tellement lent, et puis maman elle arrêtait pas de me dire que j'allais être en retard et qu'il fallait mieux que je prenne le train et qu'on se rejoigne après . Mais moi, je voulais pas, j'avais trop la frousse , être seule, ça non!! Alors j'ai donné des coups contre la porte de la douche pour qu'il se presse, et puis après j'ai fait les 100 pas au salon, et puis je m'asseyais sur le canapé en essayant de me calmer. Après, il m'a dit qu'il était 9h30 et que j'allais pas être en retard, donc ca servait à rien de paniquer. Après, on est allé à la gare, et je regrettais de n'être pas rester chez moi. Sur le quai, j'ai essayé de reconnaitrree des visages, sans succès. Je parlai de choses et d'autres en essayant vainement de me calmer.

Le train est arrivé et j'avais vraiment la gerbe. Mon ventre me tuait, mes mains tremblaient, j'étais nauséeuse et j'avais envie d'aller au toilettes. Je disais des conneries, genre,: mais si ça se trouve, la rentrée c'est pas aujourd'hui, ou alors, si ca se trouve je suis pas inscrite dans ce lycée, ou alors, si ça se trouve je suis pas vraiment aude konan, mais quelqu'un d'autre... J'étais vraiment très conne.

On a traversé les rues de paris, et j'allais trop mal, je pensais à rien. On s'est approché du lycée, et j'ai cherché des yeux des visages familiers. Je n'ai vu personne, au début, et puis après Ava, marion, victoria. Ca m'a (légèrement) calmée et j'ai dit à mon frère de me laisser la, que ça irait. J'ai traversé la rue, je suis allée leur dire bonjour, je ne voyais rien, je n'entendais rien, une vrai bombe sur le point d'exploser.

Une voix m'a dit:

-Alors, tu nous oublies, adjoua?

C'était Héloise, je ne l'avais même pas remarquée.  Les portes se sont ouvertes et nous sommes entrées, la bonnes soeurs et ses potes tous sourires, les ayant ouvertes. On est tous allés dans la cour et on a commencé à parler, quand la dirlo est venue tout le monde s'est tu. Elle a sorti une liste et a lu les nims, et les élèves venaient à côté d'elle. On était tous mortifiés (c'est la honte quand même!!) on croyait qu'elle faisait l'appel, mais en fait non, elle constituait les classes. J'ai tout de suite su que je serai sur la première liste, et effectivement, j'y étais. Avec vicky, M, E (au moins je n'étais pas seule!!). Ensuite, un prof nous a appelés, nous a fait monté des escaliers qui tournaient, verts, jusqu'au 1er, on a traversé une classe et a et moi on s'est installé au premier rang, tout à droite (elle contre le mur, moi à côté). La salle est haute, assez grande, au murs violets clairs, beiges. On est 36 dans la classe!!!!!

La prof s'appellait Mme C, c'est notre prof principal, nous a expliqué q'il fallait qu'on travaille dur et dès le debut, que vers janvier il faudrait qu'on décide notre série, que c'était mieux de faire italien, si on voulait faire s, que s c'était que pour les scientifiques, qu'on avait intérêt à remplir tous les circulaires avant demain, que les maths, ils fallaient les travailler tous les soirs, qu'on avait des DST et des exam 2 fois par an (youpi!!).

Elle nous a libérés après 1h30, j'étais bien contente.

Précision: mon pauvre sac pesait 13 kg!!!!

ActualitéAude