Les gens ne changent pas vraiment...

On le voit souvent dans les teens movies américains: la réunion des anciens. Tous les merdeux, les loosers, les reines de beautés devcenues femmes au foyer névrisées, tout ce petit monde se retrouve 20 ans plus tard au lycée, pour se retrouver et continuer de se dire du mal les uns les autres. Evidemment, il y a toujours un looser qui essaye de se choper la belle gosse, et il y arrive...

Mais je m'éloigne du sujet. Aujourd'hui, j'ai mis ma robe rouge à pois, mon bandeau carmin et mes boucles d'oreilles écarlates et à 11h 30, je suis partie du lycée avec A. et Vicki direction la regression: le collège. Si je m'étais attendue à de grandes embrassades, alors j'aurais probablement été déçue.

Quand, après avoir traversé A. sous la pluie, A., Vicky et moi avons retrouvé l'ancienne prof d'anglais, Alison (qui était en rouge), Deborah qui nous a sauté dessus et Juju, qui avait (toujours! )faim. On est ensuite allés au self. Moi qui m'attendait à un pizza-glace, on s'st retrouvés avec des moitiés de sandwitchs au tarama et à la dinde, et des chips (c'est pour ça que j'ai crévé la dalle tout le journée!!). Bon, contrairement à mon habitude, je n'ai pas passé ma vie devant le buffet à me goinfrer et à culpabilisé après, y(avait quelques profs comme deux-de-tense-man (ca faisait tout zarb de le revoir!!) bec-de-lapin, la prof de latin, Mme D. qui m'a encouragée à "poursuivre dans l'écriture". J'ai discuté (et beaucoup frappé) Papa, qui m'avait fait la surprise de venir, et puis je suis allée voir la star, M.A. et S.et on a parlé. Après, R., RaD et A se sont pointé (et la encore aucun d'entre eux n'avait changé, R se la pète toujours au temps, et il a essayé de jouer son beau gosse devant moi parce qu'il avait le Motorola SLVR alors que moi je n'avais que le L6!

Honnètement, je dirai que les 2 heures ont filé super rapidement. Peu de gens étaient la, et c'était clair que les années collèges étaient finies depuis longtemps. Mais j'étais quand même contente de parler avec la star. Mais à 14h, quand ils nous ont relachés après nous avoir plus ou moins forcé à rangé les tables du self et les remerciés, j'étais super paumé parce que j'avais la flemme de prendre le train pour Paris et qu'il est hors de question de rentrer chez moi aussi tôt. Donc j'ai squatté la star et sa clique. Après avoir demandé, en long, en large et en travers, si la robe Pimkie à pois que je portais n'étais pas celle que sa mère avait jeté à la poubelle, et si ma place n'était pas à la décharge (en clair, elle a repris sa fonction habituelle, me casser à gauche, à droite, à l'horizontale, en vertical et en bias ). Elle m'a dit que j'aurais pu faire un effort parce que, quand même, les Doc Marteens ça allait pas du tout avec ce que j'allais, mais je lui ai dit que je pouvais pas porter mes Converses, parce que ce jour-là, il avait plu comme en Angleterre, c'est à dire de manière discontinue, et que je voulais pas que mes chaussettes soit mouillées. Elle m'a dit qu'on s'en fichai de mes pieds mouillés, que pour être fashion, fallait souffrir, qu'elle, par exemple, ben elle l'aissait son manteau ouvert exprès (ce qui la faisait crever de froid) juste parce que son haut était assorti à ses bottes, et que y'avais un gars, il avait une trop belle montre qui marchait pas et que chaque fois qu'on lui demandait l'heure, il regardait sur les portables des autres, mais que au moins, il était fashion avec!!

Je lui ai répondu que c'était mieux que les vêtements soient confortables, et elle m'a dit que les mcs; ils se disent pas: "Tiens cette meuf, elle porte des fringues confortables!!" , ils se disent plutot: "Whoua, elle est super bien sapée celle-la!"

Soit dit en passant, elle n'a pas tort...Bon, on est allées chez S. (c'est super beau et super grand, tout est super quoi!) et ensuite elle m'ont lachement abandonnée au Val, bicoz je suis pas connue du paternel de la star, qui voudra donc pas de moi!! Comme si j'avais une tête à débaucher sa fille, surtout que j'en suis une!! (Enfin, pas d'après The King of the pigeons, Boloss, Arthur et Kevin, mais je ne me fis pas au critères de ces cas sociaux décerébrés!)

Enfin, après j'ai souhaité une bonne St-Valentin à Tati qui voulait boycotter cette merveilleuse fète!!

Je n'avais tellement rien à faire que je me suis retrouvé à la défense, puis aux Halles, et l'horreur, c'est que TOUT LE MONDE avait une putain de rose dans la main!! Personne ne sait faire dans l'originalité dans ce pays??? Je sais que le but, c'est de baiser sec dans les chaumières le soir mais quand même...

Et quand je rentre chez moi, la surprise: un gros bouquet de rose sur la table (pour ma mère, evidemment!).

Ca m'a donné envie de dormir, tellement c'était désespérant.

Une autre chose de vraiment désespérant, c'est que les gens ne changent pas vraiment. Les mêmes cercles qu'il y avait à St-jo se sont reformé dans le self, et ceux qui te blairaient pas en juin, te blairent toujours pas en février. Le seul point sur lequel il y a eu une évolution, c'est le plan physique, et pas touours en s'améliorant... Cela dit, j'étais assez détachée de tout ça. J'avais tellement envie de me tirer d'ici les 4 années que ça a duré, et maintenant que c'est fait, ce n'est pas mieux, mais je regrette pas St-Jo. Enfin, ptêtre au niveau des notes!

Musique: Blanc-Tout se dévoile

ActualitéAude