Page Blanche

A priori, un auteur est sensé écrire. Un auteur qui n'écrit pas, c'est soit quelqu'un qui se prend pour ce qu'il n'est pas, soit n'importe qui (un boulanger, un serveur, peu importe). En ce moment je me demande sérieusement quoi faire. J'ai quitté mon chomâge de très longue durée récemment quand je me suis remis à tourner. D'abord dans des courts étudiants, puis avec Citéart, le pilote de ma websérie. Oui, on y est enfin, après 3 ans. L'équipe était sympa, je les remercie tous du temps qu'ils ont pris pour qu'on puisse rendre ce rêve réel. Ca me fait étrange de le voir prendre forme devant mes yeux, je me sens comme une mère porteuse qui a accouché d'un bébé qui déja ne lui appartient plus. Je suis fière mais déja je me rappelle que j'ai d'autre projets sur lesquels je dois me lancer. Je tourne un téléfilm cet été, je suis contente de me remettre au boulot. Mais depuis que j'ai fini mon 3e roman il y a 3 mois, je suis hantée par la page blanche. Ca ne m'était jamais arrivé avant. J'imagine que c'est parce que je traite de sujets encore plus personnels que ceux dont j'ai l'habitude. Ou parce que c'est le dernier roman "indé"pour lequel je n'ai pas vraiment de stratégie pour qu'il se vende. Maintenant (j'apprécie l'ironie) j'ai peur d'écrire. Je me suis achetée un moleskine à Bruxelles pour que l'esprit des grands écrivains qui l'ont utilisé me viennent en aide. Mais rien à faire.

Terry Pratchett, l'auteur des Annales du disque-monde, atteint d'Alzheimer, va peut être se faire euthanasier. Je ne peux même pas m'imaginer ce que je ferai si j'étais dans son cas. C'est déja éffrayant de ne plus écrire, mais savoir que je suis quasiment condamnée à ne plus pouvoir le faire...

Je le comprends. Je ne sais pas ce que je ferai à sa place mais je le comprends.

J'adore tourner des films. L'ambiance est géniale, et j'apprécie d'interprêter des personnages différents. Mais je sais un peu comment le milieu est. Je ne serai pas toujours jeune, fraiche et mignonne. Un jour je vieillirais et il faudra passer à autre chose. C'est ce que j'aime avec l'écriture, c'est que je sais que je ne m'arrêterais qu'à ma mort. Ca fait trop longtemps que j'écris, j'aime trop ça et puis tant de choses me sont passées sous le nez à cause de cette passion, je ne peux pas laisser tomber.

Mais pour le coup, c'est l'écriture qui m'a laissé tomber. Ce n'est pas plus mal.  Je peux être simplement Aude. Après tout, il y a d'autre chose dans la vie que le boulot. Et puis, cela me laisse le temps de trouver d'autres occupations en attendant. Comme personne ne disait ce que je pensais, je me suis dit qu'il valait mieux le dire moi même. J'ai crée un webzine, Quirky Magazine. Vous le trouvez comment?